Territoires & Fragilités

Projet de recherche, en cours

-

Agathe Camus, Docteure en philosophie 

Cerise Lopez, Réalisatrice films animation, plasticienne, danseuse

Jeanne de Bussac, Architecte hmonp

Appel à projet - Résidences d'Architectes 2020

Ensemble 

Nous serions une architecte, une philosophe et une artiste, non pas pour se vanter d’une trinité singulière - un espace, un corps, un esprit - mais pour ensemble, travailler à en repenser et brouiller les frontières. Nous souhaitons croiser nos métiers, nos approches et nos différentes curiosités.

 

Des choses, des lieux, des temps, des rencontres… nous en sommes remplies, chacune à notre manière. Nos paysages les plus intimes se retrouvent autour de mêmes préoccupations : les fragilités, ce qui les renforcent ou viennent les soutenir par leur reconnaissance, leur acceptation ou leur rejet. 

Nous voulons, ensemble, confronter la question du territoire à celle des fragilités et donc, implicitement, du soin : soin de soi, des autres et de son environnement, prendre soin.

 

Fragilités 

Intimes, physiques, psychologiques, économiques, géographiques, écologiques, consuméristes, générationnelles… les fragilités sont multiples et nous en avons tous nos propres représentations. 

- Nous commencerons par ces questions : 

Quelle est la relation entre le(s) territoire(s) et les fragilités ? 

Comment s’inscrivent les fragilités dans un territoire et inversement, comment le territoire impact et-il les fragilités ? 

Une personne aveugle ou mal-voyante peut-elle se rendre, seule, le long de la côte ? Une corde «braillée» pourrait-elle lui permettre d’accéder à ces lieux magiques, et peut-être servir à d’autres et peut-être créer de l’inattendu ? 

Une frontière (cicatrice, repère ?) est un symbole fort et son statut « d’entre-lieu » permet d’aborder nos questionnements d’un point de vue aussi bien métaphorique que physique. Le multiculturalisme amène-t-il à la solidarité ou au nationalisme ? Dans des lieux de passage, qui demeure ? Comment vit-on les croisements quotidiens ? …

 

Territoire

A nous trois, nous avons vécu dans de nombreux pays et voyagé dans beaucoup de villes. Nous savons qu’habiter implique un engagement : assimiler les codes et apprendre à mettre les siens en sourdine, avoir une curiosité patiente, comprendre les langages, alors que visiter consisterait plutôt à assumer son statut (et son impact) de touriste avec humilité. Le temps d'une résidence, nous serons des «résidentes passagères» et aurons « seulement » six semaines pour découvrir modestement et naïvement ce lieu, sous le prisme de l’Architecture. 

 

Comment aborder les fragilités et le territoire ? 

PARCOURIR et RESIDER. 

Méthodologie résumée

Temps 1 - Mouvement = Mobilités rapides (Train, Bus, Voiture, Bateau) - Mobilités Douces (vélo, marche) 

Temps 2 - Stabilité =  Résider - Demeurer - Habiter – Rencontrer

Temps 3 - Restitution = Produire - Tester - Expliquer – Transmettre 

 

A suivre... 

A nos cheminements, nous devrons donc entrelacer les indices (géologiques, historiques, artistiques, économiques, architecturaux ou urbains…) et les témoignages (institutionnels, politiques, humains, archives...), autant de « témoins » qui nous permettront d’esquisser un projet avec les prérequis suivants : 

- Apporter de la sérénité, de la douceur... un souffle. Inventer un projet qui fasse du bien ; tout simplement.

- Un projet lié au territoire, à ses fragilités et à ses forces, grâce aux indices et témoignages rencontrés 

- Un projet culturel, utile, transmissible et qui perdure de manière autonome, au-delà de la résidence.

 

Coronavirus 

Confinées, nos réflexions prennent une toute autre dimension et il semble difficile de réfléchir comme avant. A la question des fragilités viennent s’ajouter celles des inégalités que l’on pouvait croire gommées puis finalement affirmées, celles des frontières réhabilitées, de la relation au chez soi, du rapport intérieur/extérieur, de l’altérité, des distances sociales normées... 

Le temps d’un instant, les contradictions de notre société semblent être à leur apogée : les grandes villes se sont vidées pour repeupler les campagnes et les avions ont rendu au ciel son silence. 

Tel un mal nécessaire, les recherches liées aux « alter-lieux » (inclusion, tiers lieux, villes amies des aînés...) semblent répondre à la nécessité de penser l’hospitalité dans son sens large et au soin dans son ensemble.

C’est donc en tant qu’architecte, plasticienne ou philosophe mais aussi en tant que citoyennes habitantes que nous souhaitons Territoires & Fragilités.

L’Architecture, mais aussi l’architecte a ses responsabilités et l’interroger devient précieux et nécessaire. Nous souhaitons étoffer une pensée liée aux fragilités et construire un projet, aux portes des habitants et de leur territoire. Pour eux.

-

© JdB

Autres